Les solutions utiles pour le désamiantage

Le désamiantage est une opération qui consiste à enlever tous les matériaux contenant de l’amiante dans une habitation, très utilisés durant les années 60 jusqu’en 1980. Cependant, le procédé ne voit le jour qu’en 1996 où les effets néfastes de l’amiante furent dénoncés par des experts. Aujourd’hui, tous les propriétaires de maisons et d’immeubles bâtis avant 1997 ont l’obligation légale de prendre les précautions nécessaires pour l’éradiquer.

L’amiante, c’est quoi ?

L’amiante désigne des minéraux possédant une structure fibreuse. Il s’agit d’un terme générique qui regroupe six silicates magnésiens ou calciques se démarquant par des propriétés réfractaires. On peut rencontrer deux catégories d’amiante : l’amiante blanc ou serpentine et l’amiante bleu ou amphibole.

L’amiante séduit beaucoup d’industriels vers la fin du XIXe siècle grâce ses nombreuses qualités. C’est un matériau qui résiste très bien au feu et son prix était, à l’époque, très abordable. De plus, l’amiante offre une très grande résistance mécanique et se révèle être un mauvais conducteur thermique, acoustique et électrique, des propriétés très prisées dans le BTP.

Utilisation de l’amiante au quotidien

L’humanité utilise l’amiante depuis plus de 2000 ans, mais n’y a recours intensivement qu’à partir de 1900. On lui trouva différentes applications, surtout dans le domaine de la construction. Grâce à sa capacité à bien résister au feu, on le mélange la plupart du temps avec du ciment pour obtenir des murs ignifugés et avec de bonnes propriétés isolantes. 90 % de l’amiante présent dans une habite se retrouve couplé avec du ciment.On rencontre aussi l’amiante dans les installations électriques pour ses propriétés d’isolation. Ce qui fait que même aujourd’hui, beaucoup de personnes y sont exposées, d’où la nécessité du désamiantage.

Comment procéder à un désamiantage ?

Un désamiantage est un processus assez long qui requiert des qualifications précises et beaucoup deprécautions. Ce type de chantier possède un très haut niveau de toxicité à cause des matériaux et doit suivre des étapes claires.

Tout d’abord, il faut procéder à la sécurisation et à la délimitation de la zone d’intervention, donc placez des balises ou des marquages.Ensuite vient l’étape du dépoussiérage. Le mobilier doit être déplacé ainsi que tous les équipements pouvant gêner lors de la tâche (luminaires, radiateurs, ventilateurs, etc.). La zone d’intervention doit-être entièrement isolée. Ce confinement garantira la non-prolifération des fibres d’amiante. Des mesures telles que l’obstruction des conduits de ventilation sont à envisager, avec un test au fumigène pour vérification.

La seconde étape consiste à l’enlèvement proprement dit de l’amiante. Il existe trois méthodes pour l’éradiquer. Ces solutions se choisissent en fonction du niveau de prolifération des fibres. La première solution consiste au retrait ou la suppression de tous les éléments embarquant de l’amiante ou ayant été en contact direct avec la substance. Chaque élément doit être identifié puis analysé avant d’être extrait.

La seconde méthode que l’on appelle encapsulage convient pour les éléments amiantés inextricables sans que cela n’expose les techniciens à des risques de contamination. En principe l’encapsulage consiste à pulvériser des produits surfactants sur toute la zone contaminée à l’aide d’un canon basse et haute pression pour la brumisation. Les éléments se solidifieront petit à petit après l’usage du brumisateur et coffreront l’amiante.

On a recours au recouvrement, la troisième méthode, quand les deux premières solutions de désamiantage citées ci-dessus ne conviennent pas. Le recouvrement permet d’isoler entièrement les éléments contaminés par l’amiante sans les extraire ou les bouger. Le procédé vise à emprisonner entièrement l’amiante par ragréage ou installation d’un revêtement.

À noter que la législation française ne précise pas quelle méthode de désamiantage utilisée. Cependant, elle préconise que le choix doive se faire en tenant compte de l’état des éléments amiantés ainsi que de leur dégradation.

Le diagnostic amiante

Le diagnostic amiante est un dispositif mis en place par l’État pour prévenir des effets néfastes de l’amiante suite à une exposition plus ou moins longue. Aujourd’hui, ce diagnostic immobilier concerne tous les bâtiments sujets à un achat/vente ou à une destruction, dont la date du permis de construire remonte avant juillet 1997. Le diagnostic amiante peut aussi faire suite à un DTA ou un dossier technique amiante qui vise les immeubles à usage professionnel.

Le diagnostic amiante est réalisé par un professionnel certifié, possédant les connaissances et les outils nécessaires pour déterminer les risques de propagation des fibres d’amiante dans l’air ambiant. Le diagnostiqueur peut mener son expertise sur différents types de bâtiments : local commercial, appartement, cave, etc. Les résultats d’un diagnostic amiante figurent parmi les documents obligatoires annexés à la promesse de vente.

Un diagnostic amiante a pour but de déterminer si oui ou non, un bâtiment présente des éléments contenant de l’amiante. Si le diagnostic s’avère être positif, un diagnostiqueur devra évaluer périodiquement les risques de dégradations et déterminer quels éléments présentent un danger. Dans le cas contraire, si aucune trace d’amiante n’est détectée, le propriétaire n’aura plus à renouveler le diagnostic.