Actualité

Gabon : Un nouveau président et un deuil

jeanali

Le mercredi 31 août était une journée heureuse pour certains, mais aussi un jour de deuil pour d’autres. Depuis, il y a eu beaucoup de larmes et toujours plus de volonté contre le nouveau président Ali BONGO. Qu’est-il arrivé ? Pourquoi tout ce mal ? Voici un dossier complet pour retracer le comment du pourquoi.

A lire aussi : Joint spiralé : composition et domaines d’application

Qu’est-ce qui s’est passé le 31 août ?

La capitale gabonaise est en feu et en sang depuis le 31 août 2016, suite à des altercations entre les forces de l’ordre et quelques révoltés. Le message était clair, Ali BONGO ne devait pas être réélu.

Les premières étincelles de violence ont causé cinq morts et presque 200 pillages à travers tout Libreville. Il n’y a pas eu que ça, depuis l’annonce des résultats, plusieurs personnages de l’opposition et Jean PING, l’autre candidat aux présidentielles, sont toujours retenues. La fureur s’est étendue sur les autres villes du pays.

Lire également : Quand offrir un bracelet à un homme ?

Pourquoi toute cette violence ?

Le 27 août fut la journée de vote pour le nouveau président du Gabon. Il y en avait deux, Ali BONGO, président sortant et Jean PING, son concurrent. Jusque là tout se passait bien, sauf que les résultats se sont faits tarder.

Ce n’est que dans la nuit du mercredi 31 août au jeudi 1er septembre qu’il fut annoncé qu’Ali BONGO l’a remporté une deuxième fois consécutive avec 49,80% contre 48,23% pour son rival. Ses résultats ont été fortement réfutés, spécialement au Haut-Ogooué où le taux de participation atteignait les 99,98%, 95% des votes étaient destinés pour Ali BONGO, lui donnant ainsi la chance de dépasser PING et se rattraper sur toutes les autres provinces.

Il faut savoir qu’après l’indépendance du Gabon, il y a eu Léon MBA. Après sa mort, Omar BONGO fut élu en 1967. Il est resté président du Gabon jusqu’à sa mort en 2009, avec à peu près 42 ans de règne. Ali BONGO, son fils, est venu se proclamer président, en succession à son père. Il y a eu plusieurs émeutes lui réfutant ce droit, mais il réussit à s’imposer. Aujourd’hui, les Gabonais sont bien décidés à ne plus se laisser faire avec la famille BONGO.

Que se passera-t-il après toutes ces manifestations ? Nous sommes en l’attente de la suite des événements.