Finance

Ripple : tout savoir sur cette cryptomonnaie prometteuse

Depuis plusieurs années maintenant, les cryptomonnaies font parler d’elles de plus belle. Il s’agit en effet d’une monnaie cryptée, 100 % électronique, virtuelle et magnétique, qui baigne dans l’anonymat absolu. En effet, via ces monnaies, les transactions se font dans la plus grande discrétion et sans risque certain de hacking du compte du détenteur. Notez que la cryptomonnaie n’a pas cours légal et n’est donc pas contrôlée par un quelconque système financier ou État. Les cryptomonnaies sont pour la plupart du temps soutenu par un projet bien élaboré qui leur permet d’avoir une certaine valeur ou notoriété auprès des utilisateurs. C’est le cas du Ripple que vous pouvez découvrir dans cet article.

Le Ripple, de quoi il s’agit ?

Pour connaître la genèse du Ripple, il faut faire un réel saut en 2004, date de fondation de l’entreprise RipplePay. Au début de sa création, il ne s’agissait pas de créer une cryptomonnaie axée sur un registre distribué. Le but initial était de permettre aux personnes de créer elles-mêmes leurs monnaies locales et ceci, dans différentes communautés. Après la naissance du Bitcoin en 2012, une nouvelle société du Ripple a vu le jour, l’Open Coin. Ce nom évoluera pour laisser place à Ripple Labs en octobre 2015. C’est à Ripple Labs que sont attribués aujourd’hui les jetons (token) Ripple avec pour devise XRP.

Il s’agit en effet de se servir des serveurs décentralisés comme le système du Bitcoin pour assurer les transactions et simplifier les transferts d’argent à l’international. De ce fait, le Ripple est un système de règlement brut en temps réel, un marché de change et un réseau d’envois de fonds. Notez qu’à ce jour, 100 milliards de tokens existent. Parmi ce bon nombre de jetons, environ 15 % sont en circulation, 20 % ont été conservés par les créateurs du Ripple et 65 % sont conservés pour une injection future.

Fonctionnement du Ripple

Le réseau Ripple n’est pas aussi décentralisé que les monnaies sœurs telles que le Bitcoin ou encore l’Ethereum. Avec le Ripple, les opérations sont validées grâce au protocole Proof of Correctness (PoC) où les opérations sont validées par un système de vote axé sur la confiance. Il faut noter que Ripple a développé de nombreuses technologies qui rendent les banques accros à sa cause. Il s’agit entre autres du Xcurrent qui est un processus améliorant les paiements à l’échelle internationale. Il fait usage du format SWIFT des banques afin de fonctionner et permet par ricochet de rendre plus rapides les virements bancaires.

À cela, s’ajoute Xrapid qui réduit les frais bancaires lors des transactions. À cet effet, il fait plutôt usage de sa devise XRP pour obtenir de la liquidité à coût réduit. Il n’utilise donc pas les techniques de change traditionnelles lors de virements à l’échelle internationale. À ces deux services, la société Ripple ajoute le Xvia. Très facile à mettre en place, il prête main-forte aux compagnies qui veulent bien envoyer des paiements dans une transparence absolue. S’appuyant sur ces techniques, le cours ripple pourra toujours grimper à mesure que les banques y adhèrent.

Avec Ripple, les paiements sont cryptographiquement sécurisés et ont été érigés pour bien s’adapter au fonctionnement d’une banque. Le Ripple permet aux banques de traiter directement entre elles sans un intermédiaire, assure la confidentialité des transactions avec un niveau de traitement bien plus élevé et est capable de connecter plusieurs réseaux, les uns aux autres. Il prend par ailleurs en charge n’importe quel système monétaire, particulièrement, la monnaie fiduciaire et la monnaie cryptographique. Très efficace, le Ripple permet en effet aux banques d’économiser 3,76 $ par transfert d’argent effectué, et ceci, en quelques secondes seulement.

Par ailleurs, son réseau est capable de supporter plus de 1500 opérations à la seconde quand le Bitcoin permet à peine 50. Ce n’est donc pas étonnant que le système bancaire s’intéresse de mieux en mieux au Ripple qui lui permet une forte capitalisation sur les nouvelles technologies que n’importe quels autres secteurs de l’industrie. Pour bien traiter ses paiements, Ripple se sert d’une technologie semblable à la chaîne de bloc (Blockchain), la chaîne consensuelle. Il utilise en effet un livre général de partage afin de traiter les transactions et qui lui permet de travailler sans limites frontalières et bien sûr avec n’importe quelle taille de paiement.

Comment se procurer le Ripple ?

Pour procurer le Ripple, il vous faut ouvrir un portefeuille XRP (Ripple) et vous vous les procurez par l’un de ces trois moyens. Soit en vous faisant payer en Ripple pour des biens ou services, soit en les acquérant sur une bourse de change en ligne ou encore en les achetant chez une personne proche de chez vous et sans intermédiaire. Vos Ripple de ce fait sont stockés sur votre portefeuille XRP.

Faut-il investir dans le Ripple ?

Le Ripple a des avantages considérables plus que le Bitcoin ou l’Ethereum. En effet, la valeur du Ripple a connu en 2017 sa plus forte augmentation, soit +36 000 % contre +9126 % en ce qui concerne l’Ethereum et +1318 % pour ce qui est du Bitcoin. Aujourd’hui, le Ripple a atteint une capitalisation boursière de 52 220 milliards de dollars en 2018 contre 100 622 milliards pour l’Ethereum et 189 623 milliards pour le Bitcoin.

Ainsi, il se place dans le top 3 des cryptomonnaies les plus en vue. Par ailleurs, le Ripple est relativement moins cher à l’achat que le Bitcoin. En décembre 2018, il faut 0,368 402 $ pour 1XRP, alors qu’il faut 3 776, 9701 $ pour se procurer 1 Bitcoin. Pour finir, le Ripple est beaucoup plus stable que les autres cryptomonnaies. Cela est dû au fait que la société détient une bonne partie de sa monnaie limitant ainsi l’achat massif par de potentiels investisseurs.