Maintenance d’ascenseur : bien choisir le contrat

C’est pour faciliter l’accessibilité dans un bâtiment qu’on installe un ascenseur. Une fois installé, on peut s’en réjouir, mais il ne faut pas oublier, ses composants doivent être bien entretenus et dans certains cas, changés et réparés pour la sécurité des utilisateurs. Juste après son installation, on doit déjà penser à sa maintenance. Alors, comment bien choisir le contrat de maintenance de son ascenseur ?

Un contrat standard ou un contrat étendu ?

Lorsqu’une entreprise spécialisée propose un contrat de maintenance, il peut vous proposer le contrat standard et le contrat étendu. Soucieux, vous pouvez vous ruer sur le second contrat. Certes, c’est le contrat qui apporte le plus de garanties, mais ce n’est pas forcément le meilleur. Vous devez faire le choix du contrat en fonction des besoins du bâtiment, mais aussi selon le degré d’ancienneté de votre ascenseur.

A voir aussi : Dieppe : un laser game a ouvert ses portes le 23 septembre 2016

Sachez que le contrat standard, appelé aussi le contrat minimal, comprend l’entretien régulier, les visites périodiques, la vérification de la téléalarme ainsi que les modalités de dépannage et le déblocage. Si vous avez un ascenseur neuf, ce type de contrat devrait faire l’affaire, car à ce stade, votre ascenseur n’a besoin que de peu d’entretien.

Le contrat étendu, lui, peut aller jusqu’à prendre en charge la réparation et le remplacement des pièces défectueuses et pour ceci, vous n’aurez à débourser aucun euro en plus. Vous vous en doutez bien : ce contrat est 25 à 30% plus cher que le contrat standard.

A lire aussi : Voiture électrique ou thermique : quel type de véhicule acheter en 2022 ?

Ne pas confondre « contrat de maintenance » et « contrat de contrôle technique »

L’entreprise qui s’est occupée de l’installation de votre ascenseur peut vous proposer un contrat de contrôle technique. Ce n’est pas là un contrat de maintenance. Il faut savoir que l’ascenseur doit passer un contrôle technique tous les cinq ans. Là, ce n’est ni l’entreprise qui s’est occupée de l’installation, ni l’entreprise spécialisée en maintenance d’ascenseur qui intervient, mais un organisme indépendant certifié.

Ce qu’il faut vérifier avant de signer le contrat de maintenance

Peu importe le type de contrat que vous avez pris pour l’entretien de votre ascenseur, le contrat maintenance ascenseur qu’on vous présente doit comprendre certaines clauses, notamment :

  • Les visites préventives qui doivent être espacées d’au maximum six semaines. En plus de ces visites, l’entreprise doit également faire deux visites semi-annuelles et une visite annuelle,
  • Les interventions de dépannage : leur délai est généralement de quatre heures en cas de dysfonctionnement majeur de l’ascenseur,
  • Les interventions de désincarcération : on doit retrouver clairement dans le contrat que pour une intervention de désincarcération des personnes bloquées, l’entreprise pourra intervenir 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7,
  • Les pièces couvertes par le contrat : pour le contrat étendu, même s’il porte cette qualification de « étendu », l’entreprise peut ne pas couvrir toutes les pièces. Vérifiez ce détail avant la signature.

Une fois le contrat signé, il prendra directement effet et normalement, on vous remettra également un carnet d’entretien. Aujourd’hui, à l’ère de la technologie, ce dernier pourra être en version digitale. Il faut précieusement garder le contrat, mais aussi ce carnet d’entretien, car il peut être considéré comme le carnet de santé de votre ascenseur.

Articles similaires