Actualité

Qui a dit le savoir c’est le pouvoir ?

Il faut plutôt admettre que le pouvoir produit des connaissances (et pas simplement en les promouvant parce qu’ils le servent ou en les appliquant parce qu’ils sont utiles) ; que le pouvoir et le savoir sont directement impliqués ; qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans la constitution corrélative d’un champ de connaissance, ni de connaissance cela n’implique pas et n’implique pas de relations de pouvoir dans le temps. Par conséquent, ces relations de « puissance-connaissance » ne doivent pas être analysées à partir d’un sujet de connaissance libre ou non par rapport au système de pouvoir ; au contraire, le sujet qui sait, les objets à connaître et les méthodes de connaissance doivent être considérés comme tous les effets de ces implications fondamentales de la connaissance du pouvoir et de ses transformations historiques. Bref, ce n’est pas l’activité du sujet de la connaissance qui produirait le savoir, utile ou opposé au pouvoir, mais la connaissance du pouvoir, les processus et les luttes qui la traversent et ce qui est composé, qui déterminent les formes et les domaines de connaissance possibles. (p. 288 à 289)

Foucault, M. (2015). Surveillez et punissez. Dans M. Foucault (éd.). Œuvres II (pp. 261 à 613). Paris : Gallimard. (Original publié en 1975)

A lire en complément : 5 astuces pour faire des rencontres gays efficacement