Assurance habitation : choisir sa banque ou un assureur ?

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Lagarde en 2010, toute personne demandant un prêt pour financer l’achat d’un logement peut choisir librement l’assureur qui garantira le remboursement du prêt en cas de décès ou d’incapacité de travail .

Nous devons donc en profiter en comparant soigneusement les contrats d’assurance des emprunteurs pour choisir le plus avantageux.

A découvrir également : Lyon : des places de parking supprimés, les riverains en colère

Les dispositions légales applicables

La Loi sur la consommation, adoptée à l’instigation de Mme Lagarde, ancienne ministre de l’Économie et des Finances, permet à l’emprunteur de choisir son assureur.

La banque ne peut pas modifier le taux d’emprunt si l’emprunteur choisit un assureur autre que celui qu’elle offre.

A lire en complément : Pourquoi les français sont mieux en espagnol qu’en anglais ?

Si l’emprunteur choisit un assureur autre que celui présenté par la banque, le contrat doit simplement offrir des garanties équivalentes à celles proposées par la banque banque.

La banque ne peut refuser l’assureur choisi par le client que si elle explique par écrit les raisons de son refus.

Le choix de l’assureur reste possible jusqu’à la date de signature du contrat de prêt. En outre, vous pouvez changer d’assureur lors du remboursement du prêt .

Si le contrat de crédit a été conclu depuis moins de 12 mois, la loi Hamon autorise le choix d’un autre assureur dans un délai d’un an .

Si vous êtes inscrit depuis plus d’un an, vous pouvez changer d’assureur chaque année à l’ anniversaire de la signature du contrat en vertu de la Loi Sapin 2.

Dans ce cas, toutefois, un préavis de deux mois doit être respecté.

Garanties qui peuvent être offertes par l’assurance d’un prêt immobilier

Le rôle de l’assureur d’un prêt immobilier est de garantir la poursuite du paiement des paiements mensuels à la banque si l’emprunteur ne peut plus travailler en raison d’une maladie ou d’une blessure.

En outre, si l’emprunteur décède, l’assureur rembourse le principal restant à la banque , ce qui empêche les héritiers de le faire.

Quant à la garantie contre l’incapacité permanente de travail , les assureurs définissent quatre niveaux :

  • en cas d’invalidité de 100% , on croit que l’emprunteur a perdu son autonomie irréversible et complètement ;
  • s’ il a un taux d’invalidité d’au moins 66 % , il est considéré comme une incapacité totale et permanente ;
  • lorsque le taux d’invalidité est compris entre 33 et 65 %, l’ assureur considère qu’il est partiellement inapte de façon permanente
  • enfin, si une maladie empêche provisoirement l’emprunteur de travailler ; , il s’applique la garantie contre l’incapacité totale temporaire.

Les garanties contractuelles minimales sont calculées sur la base de ces taux.

Mais la banque peut exiger des garanties plus élevées, et même si ce n’est pas le cas, il peut être sage de choisir un contrat qui offre des garanties supérieures à celles prévues dans le contrat proposé par la banque.

Par conséquent, une personne exerçant un métier avec des risques physiques a intérêt à choisir un contrat avec des garanties adéquates afin de ne pas avoir de problèmes en cas d’accident du travail.

De plus, de nombreux contrats d’assurance peuvent garantir à l’emprunteur les conséquences des pertes d’emplois .

La distinction entre assurance individuelle et assurance collective

Le contrat de groupe est ce que la banque a signé pour tous ses clients et soumis à l’emprunteur.

Lecontrat individuel est ce que le client peut choisir si elle semble plus avantageuse que celle offerte par la banque.

C’ est souvent le cas si l’emprunteur s’engage dans un sport de haut niveau, s’il est engagé dans une profession risquée, qu’il aime bricoler ou s’il a des problèmes de santé.

Le choix de l’assureur

Après s’être familiarisé avec le niveau de couverture exigé par la banque, l’emprunteur a intérêt à comparer les transactions que les assureurs sont prêts à faire compte tenu de l’âge de l’emprunteur, de l’état de santé et des garanties qu’il prétend.

Il est judicieux de revoir ces offres et de les comparer avec le contrat proposé par la banque.

examinant attentivement les taux des assureurs, l’emprunteur constate rapidement qu’il peut réaliser des économies importantes tout en bénéficiant de garanties adéquates En .

Les primes payées pour l’assurance peuvent représenter jusqu’à 35 % du coût total du prêt.

D’ un autre côté, les clauses de chaque contrat doivent être lues très attentivement, en particulier les indemnités prévues pour l’application de la garantie contre l’incapacité de travail .

L’ allocation correspond à la période pendant laquelle il est nécessaire d’attendre pour bénéficier de la garantie.

Par conséquent, il est souvent nécessaire d’attendre deux à trois mois pour que cette garantie s’applique. En outre, des exclusions devraient être prises pour éviter d’autres problèmes.

Par exemple, certains assureurs peuvent refuser de garantir les conséquences de la pratique de sports à haut risque comme le scihorspist.

Articles similaires