La location immobilière en 2017 : ce qui va changer

Pour l’année 2016, on peut dire que le bilan est assez positif, car le marché de l’achat a été favorisé dans un contexte avantageux (taux d’intérêt au plus bas, des incitations fiscales, une faible hausse des prix, etc.). Cependant, il faut dire que la location a largement été favorisée par plusieurs facteurs. Par exemple, les locataires ont pu bénéficier de mesures d’encadrement des loyers. Pour les propriétaires bailleurs, ils ont pu bénéficier d’aides financières et fiscales afin de rénover leur logement en location ou tout simplement investir dans un bien neuf. Voici ce qui va changer en 2017.

Un encadrement des loyers qui se généralise

Pour cette année 2017, l’encadrement des loyers est une mesure qui se généralise de plus en plus. Elle va entrer en vigueur dès le 1er février 2017. Déjà appliqué à Paris depuis 2015, c’est au tour de la ville de Lille de connaitre pareille mesure. Pour rappel, cette mesure d’encadrement a permis de faire baisser le loyer de 30%. En ce moment, les loyers de plusieurs villes de France sont actuellement à l’étude et l’objectif est d’étendre cette mesure dans les villes les plus chères du pays. Si l’on sait que la mesure n’est pas rétroactive, elle s’applique uniquement sur les baux qui ont été signés à compter du 1er février 2017. Dès lors, les loyers ne pourront plus dépasser le loyer de référence lillois.

Les diagnostics de gaz et d’électricité désormais obligatoires

Désormais, les bailleurs auront pour obligation de fournir des diagnostics techniques sur l’état de leurs installations électriques et gazières lors de la signature du contrat de bail. Ces diagnostics ne concernent que les installations qui datent de plus de 15 ans. Leur durée de validité pour un logement en location est d’environ 6 ans. Parmi l’un des diagnostics les plus importants, nous avons le dpe la ciotat (diagnostic de performance énergétique).

Des mesures anti-logements vacants

Pour inciter les propriétaires à louer les 10.000 logements actuels à Paris, l’État a décidé de doubler le montant de la taxe sur les logements vacants. Cette mesure est applicable depuis le 1er janvier 2017. Son souvent considérés comme vacants les logements non occupés et proposés à la vente ou à la location conservés par le propriétaire sans affectation précise. En compensation, les logements laissés vacants seront proposés à la location pour un prix inférieur à celui appliqué sur le marché vont bénéficier d’un abattement de 15 à 85% sur les revenus de ces loyers.